IA : intelligence artificielle au quotidien

IA : l’utilisation exponentielle de l’intelligence artificielle au quotidien

 

ai-artificial-intelligence-ia

Intelligence artificielle : qu’est-ce que c’est ?

 

L’IA ou intelligence artificielle est citée depuis longtemps dans notre société moderne. On estime sa première apparition officielle dans les années 40 en même temps que les ordinateurs. Malgré cela, il est parfois évoqué des notions plus anciennes d’intelligence artificielle sous forme d’automates par exemple au XVIIIème siècle. L’intelligence artificielle se définit comme ci-dessous par Marvin Lee Minsky (son co-créateur) :

 

« La construction de programmes informatiques qui s’adonnent à des tâches qui sont, pour l’instant, accomplies de façon plus satisfaisante par des êtres humains, car elles demandent des processus mentaux de haut niveau tels que : l’apprentissage perceptuel, l’organisation de la mémoire et le raisonnement critique. »

 

Pour résumer, l’IA c’est : des programmes informatiques visant à accomplir des tâches normalement effectuées par des humains.

Premières définitions et test de Turing

Concernant l’IA telle que nous la connaissons et ses origines, nous pouvons citer le traité d’Alan Turing (mathématicien britannique connu pour avoir décrypté le code d’Enigma appartenant aux Allemands durant la Seconde Guerre Mondiale) en 1950. Ce dernier évoque la possibilité d’intégrer une intelligence dans les machines. C’est suite à ce traité et à la problématique “Les machines peuvent-elles penser ?” qu’il créera son célèbre test : le test de Turing. Ce dernier est une proposition de test d’intelligence artificielle et consiste à mettre un humain en confrontation verbale à l’aveugle avec un ordinateur et un autre humain. Si la personne qui engage les conversations n’est pas capable de dire lequel de ses interlocuteurs est un ordinateur, on peut considérer que le logiciel de l’ordinateur a passé avec succès le test. L’intelligence artificielle (qui sera définie sous cette appellation quelques années plus tard) de la machine peut donc parfaitement imiter un humain.

Mais depuis la création de ce test et donc depuis près de 70 ans, l’IA n’a fait qu’évoluer et s’intégrer petit à petit à notre quotidien. L’expert en intelligence artificielle est d’ailleurs devenu un métier incontournable sur le marché de l’emploi. Aujourd’hui en 2019, qu’en est-il de son utilisation et sur quels outils la retrouve-t-on ? Quelles seront les grandes tendances de l’intelligence artificielle dans les années à venir ?

 

1 – Les assistants vocaux et personnels

L’IA dans les maisons intelligentes

Différente de la maison domotique, la maison intelligente n’a pas besoin des instructions de ses propriétaires pour fonctionner. En effet, celle-ci va anticiper les besoins de ses occupants via un scénario domotique préétabli : réglage du chauffage, éclairage, caméra de sécurité. À l’inverse en domotique, c’est à nous de donner les indications (programmer, appuyer sur les boutons, stopper, etc.). Pour la maison intelligente, tout peut se connecter et on va donc automatiser les tâches courantes pour gagner du temps. Assurer une meilleure sécurité, faire des économies d’énergie et améliorer le confort; ce sont également les promesses de la maison connectée depuis quelques années. Tout cela pourra se programmer via un assistant vocal dépendant d’une IA.

Les enceintes connectées et assistants vocaux

Les enceintes sont la grande tendance sur le marché à l’heure actuelle. Près de 200 millions d’enceintes devraient être vendues en 2019. Parmi les marques les plus connues : Amazon Echo ou encore Google Home. Même si le respect de la vie privée rencontre des problématiques depuis quelque temps, les enceintes ont toutefois le vent en poupe. Par exemple, nous pouvons citer l’assistant vocal Alexa pour Amazon qui est la cible d’une polémique. Effectivement, il a été rapporté que les employés d’Amazon écoutaient et analysaient les enregistrements des demandes d’utilisateurs sur l’enceinte connectée pour améliorer l’expérience client. Le souci étant que ces enregistrements ont eu lieu à l’insu de ces mêmes utilisateurs et relèvent donc de la vie privée. C’est donc un point qu’il faudra travailler pour les marques, notamment depuis les nouvelles lois sur la protection des données avec le RGPD par exemple.

Les assistants vocaux sur smartphones et tablettes

Un assistant vocal est une application logicielle basée sur la reconnaissance vocale et la restitution d’informations par synthèse vocale. L’assistant vocal permet à l’utilisateur d’obtenir des réponses à des requêtes exprimées à l’oral notamment et de commander certaines fonctions du terminal sur lequel il est installé. L’assistant vocal fonctionne par une IA qui peut tout aussi bien anticiper les questions et besoins de son utilisateur en fonction de ses précédentes demandes. Les assistants vocaux les plus connus sont Siri pour la marque Apple et ses outils iPhone par exemple, ainsi que Google Assistant pour Google.
Par exemple, 20% des recherches Google App sur Android se font par assistant vocal aux États-Unis. Et c’est près d’un utilisateur sur deux en Asie et dans la région Pacifique qui a recours à son assistant vocal (enceintes et smartphones confondus) quotidiennement pour ses recherches. C’est une manière de chercher l’information ou exécuter une tâche qui est de plus en plus effectuée. Même si ce n’est que timidement le cas en Europe. Pourquoi cet attrait qui augmente avec le temps ? Les utilisateurs évoquent notamment la rapidité d’exécution, le fait que cela soit plus pratique que d’aller soi-même sur le site ou l’application. La facilité d’utilisation au volant est également souvent citée et plus globalement le fait d’avoir les mains occupées, empêchant ainsi de taper la requête sur le terminal.

2 – Les véhicules autonomes

Les bus et transports en commun

La grande innovation sur laquelle travaillent de nombreuses marques est bien évidemment le véhicule autonome. Le concept du véhicule autonome est comme son nom l’indique de fonctionner seul, sans conducteur et sur des voies de circulation appropriées. Plusieurs sont déjà en test un peu partout dans le monde : les navettes Easymiles que nous avons pu voir en test à Toulouse par exemple et qui seront également déployées dans Paris intra-muros. Ou bien encore les bus autonomes Volvo à Singapour. La nouvelle la plus récente est la mise en place d’une ligne entière de bus en région parisienne (la ligne 393 dans le Val-de-Marne plus précisément), demandée par la RATP et dont les tests en réel débutent cette année. Un “conducteur” serait toujours présent dans le bus en cas de problème ou tout simplement pour rassurer les usagers. Et le choix de cette ligne n’est pas anodin : elle possède sa propre voie de circulation, sans piétons, autres véhicules, ni vélos. Car avant de faire des transports autonomes une réalité généralisée sur nos routes, il faut d’abord les tester à plus petite échelle et dans des conditions de sécurité poussées. L’intérêt des bus autonomes ? Diminuer les retards et  améliorer le rendement des lignes, surtout pour celles étant des transports à la demande.

Les voitures autonomes encore en développement

Concernant les voitures autonomes, encore en développement, leurs points positifs sont d’éviter les accidents et la fatigue du conducteur (les longs trajets permettraient de dormir et se reposer par exemple). On peut également penser à un meilleur partage de l’espace de circulation, une facilité de déplacement et d’autonomie pour les personnes âgées et à mobilité réduite. De même, le fait de ne pas avoir besoin de permis de conduire pourrait être envisagé pour les plus jeunes sur des modèles entièrement autonomes. Ces voitures ne sont pas encore accessibles au public pour le moment et voient même leurs tests ralentis. En cause ? Les constructeurs estiment que les risques d’accident sont encore trop élevés (une Volvo testée par Uber avait tué un piéton en Arizona en 2018). Jugées très chères à développer et victimes d’un engouement trop rapide, les voitures autonomes ne sont donc pas encore une réalité en 2019, mais nous pouvons penser qu’elles le seront tôt ou tard dans notre quotidien. 

… Les bateaux et les vélos dopés à l’IA !

Les bateaux autonomes semblent aussi être une innovation incontournable. Et c’est la marque de luxe Rolls Royce qui s’est démarqué en mettant à l’eau un ferry de près de 53 mètres de long en 2018, avec 80 personnes à son bord. Ce ferry a donc navigué grâce à une intelligence artificielle développée par Intel. Même si un capitaine était à proximité pour suivre le bon déroulement du trajet et reprendre la main le cas échéant.

Et au-delà des véhicules motorisés autonomes, iWeech propose un … vélo électrique boosté à l’IA ! Cette dernière va calculer la façon la plus pertinente de pédaler pour économiser la batterie et arriver le plus rapidement pour le cycliste.

3 – Robots et drones fonctionnant à l’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle se décline aussi dans le domaine de la santé et du soin à la personne. Pour ces domaines, elle est intégrée à des robots, afin d’être un point de repère pour les patients. Par exemple, le Japon travaille à équiper ses hôpitaux et maisons de retraite en robots-infirmiers afin de pallier au manque d’effectif qui ne fait que s’accroître en raison du vieillissement de la population. Les robots assistent également les chirurgiens pendant des opérations, et sont de plus en plus pensés pour être des soignants à domicile. L’idée étant que les personnes âgées demeurent autonomes : le robot va pouvoir anticiper leurs besoins et les guider et les accompagner. Les ingénieurs japonais ont même conçu un robot à l’effigie d’un phoque qui peut rassurer les personnes souffrant d’Alzheimer. Nommé Paro, il est décrit comme suit :

 

“PARO est un robot émotionnel d’assistance thérapeutique ayant fait l’objet de 10 années de recherche et développement au Japon, appuyées par de nombreuses études de validation clinique. Unique en son genre par sa conception, son ergonomie, son poids et ses traits apaisants, il vise à offrir aux professionnels de santé un outil simple d’utilisation et de haute technologie permettant de véhiculer les bénéfices de la thérapie animalière auprès de personnes atteintes de troubles du comportement et de la communication (Malades Alzheimer et troubles apparentés), ou bien de déficiences motrices et sensorielles, en procurant à ces personnes une amélioration de leur bien-être et de leur qualité de vie dans un cadre non médicamenteux.” Source

Des drones pour livrer tous types de produits

Le géant du e-commerce développe depuis quelques années des drones de livraison pour ses produits. Appelé Amazon Prime Air, ce service est encore en test. Le dernier brevet en date permettrait même de créer des drones silencieux qui laisseraient les colis à des endroits très spécifiques demandés par les clients. Par exemple le perron d’une maison, le jardin etc. Jugées jusqu’ici trop bruyantes, les innovations s’accélèrent pour permettre aux clients d’être livrés rapidement partout où il se trouve.
Boissons, plats préparés et même poches de sang et médicaments pour des zones isolées, la livraison par drone se décline pour tous les besoins et toutes les demandes.

4 – L’intelligence artificielle à des fins marketings

Pour terminer, l’intelligence artificielle est la plus présente sur les outils que nous utilisons désormais quotidiennement : nos smartphones, tablettes et ordinateurs, et plus précisément sur nos moteurs de recherches. Google et consorts fonctionnent grâce aux IA pour classer les résultats de recherches (selon notamment le référencement naturel ou SEO par exemple). Et c’est aussi une intelligence artificielle qui va suivre votre parcours sur internet et surtout les sites de e-commerce. Vos données sont ainsi récoltées afin de créer votre profil client, des chatbots vous sont proposés un peu partout (des assistants de conversation virtuels programmés pour répondre à des questions posées par l’internaute) … Tout cela pensé dans le but de vous fidéliser en vous reproposant des produits qui vous intéressent. En effet, quand vous visitez un site de e-commerce, les cookies (les fameuses pop-up qui apparaissent sur la page pour nous demander si nous sommes d’accord avec la collecte de nos données de navigation) sont utilisés pour pouvoir vous suivre. Ensuite, vous retrouverez les produits consultés sur le site de e-commerce un peu partout sur les autres sites et réseaux sociaux que vous visiterez si vous n’avez pas achetés les articles. Il s’agit de retargeting et c’est possible grâce aux intelligences artificielles qui ont en amont établi votre profil client.

Prévoir nos besoins client

Toutes ces données permettent également de créer un marketing dit prédictif. En fonction des sites visités, un opérateur de téléphonie va savoir si vous comptez vous désabonner par exemple. Et ainsi vous proposez directement de nouvelles offres avant même que vous ne fassiez la démarche. Tout cela encore une fois dans le but de vous fidéliser et vous garder comme client.

C’est aussi ça, la promesse de l’intelligence artificielle : anticiper nos besoins et proposer des solutions adaptées à nos demandes avant même que l’on puisse les formuler. Nous assister au quotidien, dans tous les domaines, incluant bien évidemment la technologie.