Transformation digitale : miser sur les commerces de proximité

Fréquentation des centres-villes : le constat

Les centres-villes sont de moins en moins fréquentés. En cause : le développement des zones commerciales en périurbain rassemblant tous les commerces recherchés par les Français et offrant des facilités de stationnement. Cependant, l’essor du e-commerce est également à citer depuis que notre société connaît sa transformation digitale. Avec plus de 72 milliards d’achats en ligne en France en 2016 (source : les Echos), le chiffre d’affaires du commerce en ligne est exponentiel. Non seulement depuis l’arrivée d’Amazon sur le web français, mais également avec tous les sites de marketplaces comme CDiscount qui ont modifié notre façon de consommer. Devant la désertification des centres-villes, ce sont donc les commerces de proximité qui font les frais de ces nouvelles méthodes de consommation.

Néanmoins, le centre-ville reste un lieu de sorties et de rencontres. Jugé convivial et propice au commerce, près de 63% des Français se disent attaché à ce lieu.

 

Fréquentation des centres-villes et transformation digitale
Source : clearchannel.fr

Aujourd’hui, les commerçants doivent apparaître en ligne pour garder leur visibilité. Le web est omniprésent et régit la consommation des Français via des sites d’avis (comme le très connu TripAdvisor). Les consommateurs comparent les prix et s’informent sur les produits en ligne avant d’acheter en magasin (78% selon wizishop.fr). Il faudrait donc utiliser l’attrait des Français pour la technologie afin de les encourager à revenir dans les magasins physiques. Dans ces derniers, le consommateur peut toucher, sentir et donc utiliser les sens qui ne sont pas sollicités en ligne. C’est cette possibilité et surtout le conseil client qu’il faut mettre en valeur.

L’idée finale ? Que les commerces fassent eux aussi leur transformation digitale, et permettent de redynamiser les centres-villes.

 

Transformation digitale et bénéfices

Transformation digitale ne veut cependant pas dire mettre de côté l’aspect humain. Il s’agit ici d’apporter une plus-value aux services proposés. La technologie serait donc un appui et surtout une nouvelle façon d’intéresser le consommateur. L’offre physique doit être mise en valeur par les moyens digitaux utilisés.
Notons par exemple, l’idée que certains musées ont eue. Ceux-ci proposent des visites virtuelles ou en réalité augmentée pour étoffer leur offre culturelle :

“Le visiteur équipé d’un casque HTC peut explorer et remonter la généalogie de plus de 450 espèces, 3,5 milliards d’années en arrière. Durant les quinze minutes que dure l’expérience, le spectateur croisera des animaux de toutes les époques, modélisés en 3D à la taille réelle.” (Source)

réalité-virtuelle-transformation-digitale

 

Ainsi, la digitalisation des commerces pourrait donner un coup de jeune aux offres et services. Jouer avec les codes d’un public toujours plus friand de nouveautés et en recherche de personnalisation permettrait de se démarquer et susciter l’intérêt. 


Tour d’horizon des éléments existants ou possibles

  • L’utilisation des Beacons
    Un commerce est équipé de balises fonctionnant avec la technologie Bluetooth. Une application téléchargée sur le Smartphone des clients est détectée via ces balises : les offres et réductions du moment sont alors transmises par notifications lorsque la personne passe devant le magasin. Cela permet d’encourager la visite en physique et cibler un public pour le mener jusqu’à l’acte d’achat. Pour en savoir plus sur les utilisations des Beacons, n’hésitez pas à consulter notre article sur le sujet.

 

  • Les tablettes tactiles
    Laisser des tablettes tactiles dans un espace de vente peut permettre plusieurs actions. On peut citer la commande de produits s’ils ne sont pas en rayon ou l’usage comme support de démonstration. Mais également la mise en place d’interactions plus ludiques, de questionnaires de satisfaction… Les possibilités sont nombreuses. Et c’est sans compter le côté pratique pour le vendeur qui peut, de son côté, l’utiliser comme terminal de paiement, créer des devis personnalisés, gérer des stocks ou des commandes.

 

  • Les applications en réalité augmentée
    Un opticien proposant une application pour essayer des montures (comme le fait Krys), les milieux du prêt-à-porter ou de la beauté qui permettent de tester virtuellement des produits de la même manière : le tout pour guider le client dans ses choix. L’enseigne de beauté Sephora aux États-Unis propose ainsi aux utilisateurs et utilisatrices de son application ce type de fonctionnalité :

 

Il est intéressant d’intégrer cette offre en magasin pour se démarquer. Nous pouvons également penser à la gestion de l’espace : un commerce en centre-ville n’ayant pas forcément toute la place voulue pour exposer ses collections pourra ainsi mieux gérer ses stocks. À l’heure actuelle, ce sont surtout les sites de e-commerce qui proposent cette fonctionnalité. Pourquoi ne pas s’approprier ce service pour offrir de nouvelles expériences à ses clients ?

 

  • Le paiement mobile
    C’est le service dont nous entendons beaucoup parler depuis quelques années. Et pour cause, le smartphone ayant révolutionné notre manière de gérer notre quotidien, il est logique que nos paiements se fassent eux aussi via mobile. Qui n’a jamais utilisé son smartphone pour effectuer un virement bancaire par exemple ? En France, près de 6 Français sur 10 utilisent le paiement mobile quotidiennement. Équiper son commerce afin d’accepter le paiement mobile peut donc apparaître comme un plus.

 

  • Les monnaies virtuelles
    Ou cryptomonnaies.
    Comme le célèbre Bitcoin, il existe diverses monnaies virtuelles qui sont de véritables alternatives à nos euros. Et le plus intéressant c’est qu’il est possible depuis leur avènement de les utiliser dans certains magasins physiques en plus des sites marchands en ligne. Plusieurs pages  récapitulent les enseignes qui acceptent cette solution (bitcoin.fr ou encore coinmap.org) et elles sont de plus en plus nombreuses à le faire. Pourquoi se lancer dans le règlement par cryptomonnaie ? Pour diversifier ses possibilités de paiement ou attirer une nouvelle clientèle …

 

  • La prise de rendez-vous en ligne
    C’est un service qui se développe dans le milieu médical notamment grâce au site et l’application dédiée Doctolib. Mais il commence également à apparaître pour les secteurs de la beauté (esthétique, coiffure) avec par exemple la plateforme Planity. Quel est l’avantage ? Le gérant d’un commerce de services passe plus de temps en relation clientèle et donc en vente plutôt qu’à gérer la prise de rendez-vous. D’autre part, c’est une facilité pour le client qui choisit directement l’horaire qui lui convient, et ce de manière rapide. 

 

  • La livraison à domicile
    A Lyon et Paris, la plateforme Epicery – fonctionnant comme un système de livraison de repas à domicile – propose de faire ses courses en ligne dans les épiceries de quartier. Le but est la mise en avant du commerce local en utilisant une application mobile permettant de commander et recevoir les produits chez soi. Sur le même modèle, il existe également des plateformes mettant en avant la consommation de produits locaux allant de l’alimentaire au textile ou l’ameublement. L’intérêt est d’utiliser internet ou les applications mobiles pour faire connaître les commerces près de chez soi et redynamiser les quartiers. Un bel exemple de la transformation digitale de petits commerçants.
     

transformation digital commerce centre ville

Rassembler les commerces et communiquer


Il est possible de mettre en place des solutions ludiques et interactives, pour se démarquer et améliorer l’expérience client. Il faut cependant garder à l’esprit que la communication reste primordiale : pensez à développer votre visibilité sur internet, les réseaux sociaux et encourager vos clients à laisser des avis sur vos produits et services ! Mais au-delà de l’aspect digital, des solutions plus « classiques » peuvent être aussi développées. L’exemple le plus parlant est celui de la ville de Poitiers. Celle-ci a crée un système de carte de fidélité pour les commerces du centre-ville. Le concept est expliqué sur leur site :

« En présentant votre carte [chez les commerçants adhérents], vous bénéficiez de 2 à 4% de remises créditées en points sur votre carte, que vous pourrez cumuler afin de les utiliser pour un achat dans le commerce adhérent de votre choix et pour régler votre parking.

Elle permet aussi de :

  • Bénéficier de promotions, coupons et avantages proposés par les commerçants
  • Accéder aux parkings municipaux (…) et de payer avec vos points de fidélité
  • Profiter d’offres propres à chaque commerce en vous évitant la démultiplication des cartes d’avantages, de pré-paiement, de gestion de droits (…). »

Au-delà de la transformation digitale, il s’agit ici d’une idée qu’il est possible de décliner dans la plupart des centres-villes. D’une part, en encourageant les commerces de proximité à se regrouper et d’autre part en s’adaptant aux demandes des clients pour les fidéliser. C’est un concept intéressant pour faire revenir les consommateurs en ville !

 

 

 

Articles associés